Camille Claudel
Collège
Vitrolles
 

Sonnerie 32 : DUSTY SPRINGFIELD - Son of a Preacher Man (1969)

lundi 11 juin 2018, par Fournier

Sonnerie 32 : DUSTY SPRINGFIELD - Son of a Preacher Man (1969)

Semaine du 4 au 8 juin 2018

Style : Soul

Lien internet : https://www.youtube.com/watch?v=DjydOI4MEIw

Présentation : Mary Isabel Catherine Bernadette O’Brien (16 avril 1939 – 2 mars 1999), connue sous le nom de Dusty Springfield, est une chanteuse britannique. En quarante ans de carrière – de la fin des années 1950 jusqu’aux années 1990 –, elle a sorti de nombreux singles comme I Only Want to Be with You, You Don’t Have to Say You Love Me ou Son of a Preacher Man. Parmi ses albums, Dusty in Memphis sorti en 1968 devient un standard de la musique soul. Dusty Springfield atteint le sommet de sa carrière avec cet album (1969), composé entre autres par Carole King, Michel Legrand, Randy Newman et Burt Bacharach.
Durant les années 1960, elle est l’une des plus populaires chanteuses britanniques. Sa voix sensuelle facilement reconnaissable ainsi que sa passion pour la musique soul américaine font d’elle l’une des principales chanteuses de blue-eyed soul. Elle se démarque également par son image inspirée des femmes des années 1950 notamment sa coiffure choucroute blonde ainsi que ses robes de soirée.

Son of a Preacher Man est une chanson enregistrée par Dusty Springfield en septembre 1968. Son of a Preacher Man fut d’abord proposée à Aretha Franklin, qui la refusa. La chanson fut alors proposée à la sœur d’Aretha, Erma Franklin et incluse dans son album de 1969 Soul Sister. Après avoir entendu la version de Dusty Springfield, un tube en 1968 aux États-Unis, Aretha Franklin l’enregistre à son tour pour son album de 1970 This Girl’s in Love with You.

Paroles :

Billy Ray was a preacher’s son
And when his daddy would visit he’d come along
When they gathered around and started talkin’
That’s when Billy would take me walkin’
Out through the back yard we’d go walkin’
Then he’d look into my eyes
Lord knows, to my surprise
The only one who could ever reach me
Was the son of a preacher man
The only boy who could ever teach me
Was the son of a preacher man
Yes he was, he was, ooh, yes he was
Bein’ good isn’t always easy
No matter how hard I try
When he started sweet-talkin’ to me
He’d come’n tell me "Everything is all right"
He’d kiss and tell me "Everything is all right"
Can I get away again tonight ?
The only one who could ever reach me
Was the son of a preacher man
The only boy who could ever teach me
Was the son of a preacher man
Yes he was, he was, ooh, yes he was (yes he was)
How well I remember
The look that was in his eyes
Stealin’ kisses from me on the sly
Takin’ time to make time
Tellin’ me that he’s all mine
Learnin’ from each other’s knowin’
Lookin’ to see how much we’ve grown and
The only one who could ever reach me
Was the son of a preacher man
The only boy who could ever teach me
Was the son of a preacher man
Yes he was, he was, oh yes he was
He was the sweet-talkin’ son of a preacher man
(The only boy who could ever teach me)
Was the son of a preacher man
(The only one who could ever reach me)
Was the sweet-talkin’ son of a preacher man

 
Collège Camille Claudel – 49 avenue du 8 mai 45 - 13127 Vitrolles – Responsable de publication : M. J-C Gruffat
Dernière mise à jour : vendredi 13 juillet 2018 – Tous droits réservés © 2008-2018, Académie d'Aix-Marseille